fordGT40-1012.com
 
 
 

Combien reste-il de MKII en circulation ?

Sur les 10 GT40 MKII construites, 7 sont encore en « vie ». Les deux protos qui ont participé au Mans en 1965 (chassis 106 et 107) ont été ensuite détruits dont l’un en faisant un crash-test pour Ford. Des 8 chassis de « série », seul le 1011 à été détruit lors de l’accident fatal de Walt Hansgen aux essais du Mans 1966.

Pourquoi ne les voit-on pas plus souvent courir ?

La MKII possède un moteur de 427 qui ne se fabrique plus depuis 30 ans, il est très difficile de trouver un « vrai » 427 en bon état, c’est à dire qui garde sa rigidité et qui n’a pas été reconstruit et modifié plusieurs fois . D’autre part d’un point de vue sportif, la MKII a été construite avec un seul objectif : gagner les 24 Heures du Mans et donc utiliser au mieux les 7 km de la ligne droite sans fatigue excessive du moteur. Aujourd’hui aucun circuit ne répond réellement aux caractéristiques de la MKII et ses 200Kg de plus qu’une GT40 la pénalise trop sur les circuits modernes

Il y aurait une autre GT40 portant le même numéro de châssis que votre voiture qu’en est-il réellement ?

C’est une histoire vieille de 30 ans ! Après l’accident de Revson à Daytona en 1967, la voiture a été stockée chez Holmann & Moody et dépouillée des pièces pouvant encore servir. Puis le châssis a été abandonnée dans un champs derrière l’usine. Quelques années plus tard, un passionné de GT40, Don Davis, a racheté à Holmann & Moody ce châssis accidenté. Après quelques mois de tentative de restauration, Don Davis a appris que John Wyer possédait encore quelques châssis neuf de GT40 MKI en stock. Au bout de plusieurs mois de négociation, Don Davis a pu acquérir un châssis neuf (dans la série de fabrication des châssis chez Abbey Pannels, il portait le numéro 1110), et a remonté une GT40 MKII avec des pièces récupérées chez Holman & Moody et d’autres anciens fournisseurs de Ford. Don Davis a revendu le châssis original accidenté, qui plus tard sera restauré en Angleterre par John Ethridge puis par Brian Wingfield et qui deviendra en 2000 ma propriété. Ma voiture possède par ailleurs toujours des modifications spécifiques faites en 1966 . Don Davis a appelé son châssis neuf 1012 alors qu’il n’a ni l’historique (et pour cause) ni les modifications et renforts d’un châssis MKII d’origine.
En règle générale, on accepte qu’une voiture de course puisse garder son numéro de châssis si elle a été accidentée lors de sa vie de course (en l’occurrence en 1966 et 1967) et qu’elle a continué à courir avec un nouveau châssis. Or en ce qui nous concerne, cette deuxième GT40 MKII a été construite en 71/72 soit près de 5 ans après la dernière compétition de la 1012.
Les voitures ont vécu leur vie depuis et malheureusement un français, bien qu’il connaisse l’existence de ma voiture, est allé en Californie acheter cette autre voiture et tentent d’en légitimiser son existence.

Comment entretenir une voiture de course qui a 40 ans ?

Le vrai problème des GT40 est l’entretien et la recherche de pièces d’origine. A l’inverse de Ferrari qui a assuré une continuité depuis plus de 50 ans, l’histoire des GT40 a duré 5 ans et une fois les objectifs atteints, Ford à liquidé son département compétition et les faibles stocks (quelques châssis de rechange , pièces de trains av et arrière) ont été donné à John Wyer et quelques autres passionnés. Il faut donc une grande patience et surtout lors de course éviter de sortir et de casser la voiture sous peine de passer 3 ans à la restaurer !!

Pourquoi cette passion des GT40

La GT40 est une auto qui m’a séduite car elle est l’emblême d’un défi : comment un grand constructeur va battre un spécialiste de la compétition. Quand on voit aujourd’hui en F1 la difficulté des grands constructeurs (BMW, Mercedes, Honda, Toyota, et Renault) à vaincre Ferrari , on se dit que Ford avec ses GT40 a battu Ferrari au bout de 3 ans ce qui est plutôt mieux.. et puis même si tout le monde reconnaît que la Ferrari P4 est la plus belle, j’ai toujours été séduit par la GT40 et ses portes débordant sur le toit !!

mise à jour en cours

 
Haut de page
 
073   021   018   051